Notre histoire

L’expertise de l’entreprise s’est construite grâce aux hommes et aux femmes qui, à travers les années, ont eu à cœur d’œuvrer pour l’électrification du département de la Haute-Loire (43).

Une histoire authentique

L’Entreprise Générale d’Electricité du Velay (EGEV) est fortement ancrée au cœur du département de la Haute-Loire.

  • L’histoire débute en 1949 au Puy-en-Velay, où M. Jacques PAYS crée son entreprise individuelle spécialisée dans le domaine électrique.
  • Au fil du temps, l’entreprise se développe et s’agrandit jusqu’à devenir EGEV au 1er novembre 1970. Nous sommes alors au centre du développement de l’électrification rurale, la « fée électricité » au cœur des campagnes.
  • EGEV forge son destin et devient un acteur incontournable de la construction de lignes aériennes. La technique évolue et l’entreprise s’adapte pour passer du fil nu, au torsadé isolé puis, au début des années 90, à la technique du réseau souterrain que la Haute-Loire a décidé de prioriser sous l’impulsion du Syndicat Départemental des Collectivités Concédantes de l’Electricité et du Gaz de la Haute-Loire.
  • EGEV se positionne également très tôt sur le métier de l’éclairage public en y apportant tout le modernisme nécessaire dans les matériels utilisés, passant ainsi successivement des lampes à vapeur de mercure, au sodium haute pression et à la technologie LED.
  • L’entreprise s’engage aussi dans la modernisation des outils de travail avec l’acquisition de la première nacelle sur porteur présente sur le bassin ponot.
  • En 2003, l’entreprise devient filiale du groupe VINCI Energies. Elle franchit alors encore une marche vers la modernité tout en gardant une autonomie forte, portée par les valeurs du groupe. Elle conserve ainsi une forte proximité avec ses clients et son ancrage historique notamment par la conservation de son appellation.
1949

Monsieur Jacques Pays crée son entreprise individuelle sous l’enseigne PAYS. Son entreprise est l’une des premières de Haute-Loire à amener l’électrification rurale.

1960

Monsieur Pays voit les choses en grand, il se spécialise alors dans l’éclairage public afin d’illuminer la Haute-Loire.

1970

L’entreprise change de statut juridique et devient une société à responsabilité limitée. L’entreprise Pays devient alors EGEV (Entreprise Générale d’Electricité du Velay) et installe ses locaux à Espaly-Saint-Marcel, en Haute-Loire. Son nouveau directeur est Monsieur Emile Verot, il la dirigera jusqu’en 1989.

1992

EGEV se renomme Société Nouvelle EGEV.

1995

EGEV quitte la commune d’Espaly-Saint-Marcel pour aller s’implanter dans la zone industrielle de Chassende au Puy-en-Velay.

2003

EGEV rejoint le groupe VINCI Energies. Monsieur Patrick Meunier en devient le chef d’entreprise. Tout en restant attachée aux valeurs du territoire, l’entreprise évolue notamment avec le renouvellement de son parc.

2005

Monsieur Karim Merzougui devient le chef d’entreprise. EGEV s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue sur les différents pans de la performance globale. Ainsi, les différentes certifications ISO 9001, 18001 et 14001 sont la reconnaissance de cet engagement. La prévention devient le leitmotiv et l’entreprise est primée à plusieurs reprises pour ses résultats sécurité.

2011

EGEV se renouvelle en proposant ses services pour la vidéoprotection en zone urbaine.

2014

Achat d’une aspiratrice-excavatrice afin de pouvoir réaliser les travaux les plus sensibles.

2015

Acteur de la transition énergétique, EGEV développe son offre d’installation de bornes de recharges pour véhicules électriques (IRVE).

2020

Monsieur Julien Gommet est chef d’entreprise. EGEV poursuit son évolution avec notamment le passage de la certification ISO 18001 à 45001, traduisant la volonté d’aller encore plus loin sur les sujets de santé et sécurité au travail. L’évolution du métier et la volonté affichée d’être un acteur de la transition énergétique conduisent tout naturellement à développer les IRVE ou la transformation des parcs d’éclairage public. L’entreprise s’inscrit en parallèle dans une mutation de son parc et de ses méthodes de travail dans le but de réduire son empreinte carbone de 40% d’ici 2030.